ALGÉRIE – Souviens-toi du « Printemps algérien »

4

La « démocratisation » bushienne de l’Irak, puis le « Printemps arabe » sont venus, à grande échelle, mettre fin aux illusions vendues par le « Monde libre » aux naïfs, qui ont découvert dans les larmes et dans le sang les sordides desseins des puissances atlantistes.

Comme a été balayé l’angélisme désarmant d’une bonne partie des intellectuels arabes et assimilés (Berbères, Kurdes, Égyptiens, etc.), sur la possibilité de mener des révolutions « fleuries », à la tête de peuples qu’ils croyaient acquis à leurs noumènes et à l’ivresse libertaire que prodiguait le confort des salons huppés…

*        *        *

L’Algérie, pourtant, plus de vingt années auparavant, avait connu son « printemps », dans l’isolement le plus complet et sous le tir nourri de la diplomatie et de la machine médiatique occidentales, favorables aux islamistes et qui jubilaient de voir s’effondrer le pays symbole de la débâcle du colonialisme français.

Un  « printemps » au goût de tragédie, après que le pouvoir devait passer, démocratiquement parlant, entre les mains du Front islamique du Salut (FIS), sans l’intervention de l’armée, soutenue par une frange de la population qui refusait la dictature religieuse, laquelle ne cachait pas son intention de mettre en œuvre un programme totalitaire. S’ensuivit une guerre atroce, durant laquelle les massacres collectifs de civils par les groupes islamistes ont  largement contribué à discréditer ce qu’il était commode d’appeler « l’État islamique ».

Ce « printemps » avait éclos lorsqu’en 1989/90, le pouvoir de Chadli Bendjedid et son expression politique officielle, le FLN, affaiblis par la faillite économique, dans un contexte de démantèlement de l’État providence sous l’égide du FMI, avaient concocté un agenda d’ouverture politique, articulé autour de la possibilité de voir les courants religieux servir de drain au mécontentement et de contrepoids face aux communistes, aux berbéristes et aux partisans de réformes démocratiques. Leurs espoirs ont été dépassés par la réalité.

Le FIS, fort de son implantation tentaculaire, ne s’est pas contenté de servir des promesses de paradis. Il a pris à bras le corps les aspirations de justice sociale pour les transformer en carburant d’une véritable insurrection contre l’ordre établi, et ce sous l’étendard de l’Islam.

« Au jour du jugement dernier, tu seras comptable de ton vote » ; ce fut le slogan de la campagne électorale du FIS.

Le pouvoir en place, même ébranlé, laisse faire… Il escompte jusqu’au bout  le maintien du FLN en tant que pôle dominant : le FIS doit servir seulement à capter la grogne populaire et à débarrasser le pouvoir de ceux qu’il considérait comme ses adversaires les plus dangereux.

Bien plus tard, la paix revenue, l’Algérie, plus riche que jamais, les caisses pleines, les plaies pansées, ne sera pas concernée par les mouvements qui ont servi de prétextes aux interventions diverses ; et les Algériens se reconnaissent en masse dans un Islam amputé de ses accents guerriers. Un Islam qui, en tant qu’idéologie, comble le vide existentiel laissé par l’abandon du « socialisme » riche en lendemains radieux.

En Algérie, les mosquées poussent par milliers, le voile des femmes se répand bien plus que sous la menace des couteaux djihadistes, tandis que les barbes ne constituent plus un signe politique. Au-dessus de tout, dans les consciences divergentes, un sentiment puissant traverse la collectivité, un nationalisme ombrageux, qui s’est manifesté fortement lors de l’intervention de l’OTAN en Libye.

Même si subsistent, à la marge, des courants de pensée radicaux, en guerre contre les modes de vie jugés opposés à la morale musulmane, des courants qui se manifestent, à l’occasion, pour s’en prendre, sporadiquement, individuellement ou en groupe, à des symboles de l’impiété, comme par exemple les débits de boissons alcoolisées… Le dernier cas en date fut la tentative de destruction, en décembre 2017, de la statue d’une femme dénudée de la célèbre fontaine Ain Fouara, à Sétif.

Dans le même temps, une bigoterie apaisée s’impose en tant que comportement dominant ; l’institution publique de l’épargne crée des comptes « sans intérêt » (le produit financier de l’épargne étant jugé comme une forme de l’usure, proscrite par l’Islam) ; et les pratiques les plus obscurantistes trouvent à rivaliser jusqu’avec la médecine, dans le traitement des maladies. Pratiques vulgarisées et promues par un certain nombre de télévisions privées à fort taux d’audience.

Bien davantage encore, tandis qu’il devient de plus en plus difficile aux discours rationalistes de trouver des espaces d’expression, le discours religieux est répercuté à l’infini, les chouyoukhs [ndlr : les savants et docteurs de l’Islam] sont sollicités sur presque tous les sujets, y compris scientifiques, pour apporter « l’avis de la religion » ; et les courants musulmans non sunnites sont dénoncés et réprimés.

En 1602, lord Burghley, un ministre d’Elisabeth 1ère, déclarait : « L’État n’est jamais en sûreté, quand il y a tolérance de deux religions » ; le pouvoir algérien s’en serait-il inspiré ?

Quoiqu’il en soit, l’Algérie, à l’instar du monde, marche désormais sur la tête.

*        *        *

La réalité du libéralisme économique, longtemps occultée par la terreur des années de violence meurtrière, n’a pas tardé, dès le début des années 2000, à faire réagir ses victimes, à travers des émeutes récurrentes ou des grèves de travailleurs, sans contenu islamiste et aux revendications parfaitement terrestres.

Une preuve que le monde peut encore avancer sur ses pieds.

Share.

About Author

Ahmed Halfaoui

Chroniqueur de presse (Alger)

4 Comments

  1. La faillite économique c’était en fait le résultat d’une décennie de soumission aux injonctions du FMI et la déconstruction de la politique d’industrialisation mise en place jusqu’à la mort de Boumedienne, FIS et bourgeoisie parvenue dans le FLN étant d’accord sur une chose : privatiser et “ouvrir” le pays aux importations occidentales en profitant de la rente pétrolière. Après cette décennie de “préparation d’artillerie” idéologique par l’appauvrissement généralisé mis sur le compte de tout ce qui s’était fait depuis l’indépendance, sans nuances, l’économie algérienne était affaiblie et le peuple a tenté de réagir par un “printemps” spontané et donc sans perspectives. Le GIA et l’AIS avec ses “afghans” revenus fort opportunément de la guerre américaine allaient dans la foulée de la déliquescence du FLN terroriser la population, ce qui a permis le pillage de beaucoup de biens publics, usines, machines, etc. le plus souvent de nuit pendant que la population se terrait chez elle. Cela a sans doute permis l’accumulation primitive de la bourgeoisie importatrice. A côté des groupes armés terroristes, il y avait les groupes de pillards qui ont gangrené l’Etat et ont permis l’émergence d’une caste d’importateurs vivant grâce à la destruction des industries productives nationales et aux importations de biens de consommation et alimentaires. Le bilan : au lieu d’avoir une convergence du socialisme et de l’islam comme cela avait été tenté auparavant, on a eu la délégitimation du socialisme et la dégradation de l’islam à l’abri d’un Etat en partie aux mains d’archéo-capitalistes qui s’est du coup limité à reprendre le contrôle du territoire, à gérer le quotidien mais qui ne peut ou ne veut pas s’attaquer à la dépendance économique et qui ne sait pas organiser la ré-industrialisation, sans parler de réaliser l’autosuffisance alimentaire. Les islamistes se contentent désormais de questions “sociétales”, “moralistes”, individualistes, au lieu de viser le péché principal en islam, le ribah désormais mondialisé, l’opposition “laïque” se contentant de parler de libertés strictement individuelles sans aucun projet social et économique national et le pouvoir étant tiraillé entre clans sans ambitions collectives et cherchant des protecteurs étrangers à l’Ouest ou en Russie ou en Chine mais décidés à garder le marché national pour eux-mêmes tant que les puissances occidentales à la recherche de nouveaux marchés suite à la baisse mondialisée des taux de profit le permettront.

  2. Pingback: The Maghreb and Orient Courier: DEBATE / SYRIE – « US go home » ? P’têt ben qu’oui ; p’têt ben qu’non | actualitserlande

  3. Boudraa Ahmed on

    Le FIS ne fut réellement une formation politique structurée qu’à la fin de l’année 1991 lors de l’arrivée à sa tête d’un leader charismatique issu du mouvement islamique Jaza’riste (algérianiste), Abdelkader Hachani. Avant cela, le parti conduit par le binôme Abassi Madani et Ali Belhadj n’était qu’un conglomérat de courants plus ou moins tolérants mais qui par la suite fut totalement phagocyté par des vagues successives de militants salafistes et takfiristes prônant la violence comme moyen de lutte pour arracher le pouvoir aux militaires, investissant ainsi un espace conceptuel laissé quasiment vaquant par une pseudo direction en mal d’une offre politique valable, hormis des prêches virulents contre le pouvoir en place. C’est Adelkader Hachani, appelé en renfort après l’arrestation de Abassi et de Benhadj en 1991 qui a donné une véritable assise au FIS en organisant le premier congrès constitutif 3 années après sa création, cela n’a pu se faire jusque là en raison de divergences internes profondes d’ordre politique et doctrinal apparues entre les différentes factions qui s’y disputaient le leadership . Ce congrès, tenu à Batna, mené d’une main de maître, a réussi à mettre en minorité les salafistes et les takfiristes, vigoureusement hostiles à la participation du parti aux élections législatives au motif ubuesque que les les élections, quelles qu’elles soient, sont une forme d’apostasie. Une décantation s’est donc faite et les obstacles rédhibitoires à la participation du FIS aux élections avaient été écartées ouvrant la voie à une double victoire du FIS version Hachani, l’une contre les factions extrémistes en son sein et l’autre contre le pouvoir qui en décrétant la proportionnelle allait se prémunir contre un ras de marée islamique. C’était un mauvais pari …

Leave A Reply