EXPERTISE / LIBAN – Ibrahim Tabet : « Le Liban reste stable. Pour le moment… »

0

Ibrahim Tabet, correspondant du Courrier du Maghreb et de l’Orient à Beyrouth, fait le point sur une situation libanaise de plus en plus tendue.

Alors que les provocations se multiplient entre les communautés chiite et sunnite, Israël réagit à l’influence grandissante qu’exerce l’Iran sur le pays du Cèdre à travers son allié privilégié dans la région, le Hezbollah.

Après l’affaire de la « démission » de Ryad, où en est le premier ministre libanais Saad Hariri ?

Les tensions entre chiites et sunnites menacent-elles la stabilité du Liban ?

Quelle position les Chrétiens libanais peuvent-ils adopter dans ce conflit qui oppose l’Arabie Saoudite et l’Iran désormais importé au Liban ?

Deux secousses récentes illustrent les tensions politiques et communautaires et les risques sécuritaires auxquels est confronté le Liban : la tentative avortée du prince hériter d’Arabie saoudite de forcer la main du premier ministre Saad Hariri, afin qu’il dénonce la mainmise du Hezbollah sur le pays ; et un incident a caractère communautaire, qui aurait pu dégénérer, entre des fiers-à-bras  chiites et des habitants chrétiens de Hadeth, une ville de la banlieue sud de Beyrouth.

La première crise est survenue en novembre 2017 quand Saad Hariri, « convoqué » à Riyad, est contraint d’annoncer sa démission en dénonçant, en termes virulents,  « le rôle destructeur de l’Iran et du Hezbollah », qualifié de « tumeur cancéreuse » et de « parti du diable, dans la région et au Liban ».

En mettant ces propos dans la bouche de Saad Hariri, Mohammed Ben Salman voulait sonner abruptement le glas de la formule du gouvernement de compromis sur lequel repose le sexennat du président Michel Aoun. Il risquait de mettre  le Liban face à un choix  impossible : soit la confrontation avec le Hezbollah, soit la confrontation avec l’Arabie saoudite et ses alliés.

Si l’inquiétude a prévalu au sein de l’opinion  libanaise, les faucons dans les rangs du Courant du Futur (le parti de Saad Hariri) ont voulu voir dans le geste de leur chef  le signe d’un réveil du sunnisme libanais face à l’hégémonie du Hezbollah. Ils estiment que les  partis du « 14 mars » (coalition pro-Hariri) ont fait trop de concession au camp du « 8 mars » (formée autour du Hezbollah), enhardi par la tournure favorable à l’Iran et à ses alliés des guerres en Syrie et en Irak. La goûte d’eau qui a fait déborder le vase a été la déclaration du président iranien, Rohani, selon laquelle aucune décision importante concernant la région, y compris le Liban, ne peut être prise en ne tenant pas compte des intérêts de l’Iran.

Alors que Hariri était retenu contre son grès à Riyad, le président Macron l’a « exfiltré » vers Paris, puis il est rentré à Beyrouth où il a reçu un accueil triomphal de ses partisans. Il a accepté de revenir sur sa démission, à condition que toutes les parties (sous-entendu le Hezbollah) acceptent de se conformer à la politique de « distanciation » par rapport aux axes régionaux.

La crise n’a non seulement pas attisé les divisions des partis politiques libanais mais a également suscité un rejet unanime du diktat saoudien ; les événements se sont en définitive retourné contre l’initiative intempestive de Mohammed ben Salman.

Cette crise s’inscrit dans le sillage de plusieurs changements sur l’échiquier politico-religieux régional : la décision de l’administration Trump de contrer l’expansionnisme de l’Iran. Et les victoires du régime syrien, allié de l’Iran, qui constituent un sérieux revers pour l’Arabie saoudite, laquelle, après avoir tout fait pour renverser Bachar al-Assad, a cherché en vain à compenser sa défaite en intervenant cette fois sur la scène libanaise.

Au plan local, le retour triomphal de Hariri au pays masque la réalité : son affaiblissement personnel et, plus généralement, celle du sunnisme politique libanais face au camp chiite.

Un affaiblissement qui s’inscrit dans une tendance historique lourde qui a vu successivement quatre communautés dominer la vie politique libanaise : les Druzes jusqu’au milieu du XIXème siècle ; les chrétiens –en  particulier les maronites- entre la création du « Grand Liban » (en 1920) et 1975 ; les sunnites, pour une brève période entre les accords de Taëf en 1990 et l’assassinat de Rafic Hariri en 2005 ; enfin les chiites depuis lors.

L’incident sécuritaire de Hadeth s’inscrit quant à lui dans le contexte de la volonté de  Michel Aoun (premier président « fort » s’appuyant sur un parti politique à être élu depuis 1990) de mettre fin à la marginalisation du camp chrétien.

L’incident a pour origine un bras de fer Michel Aoun et le président du parlement, Nabih Berri, chef du parti chiite Amal, autour de la promotion d’officiers -majoritairement chrétiens- de l’armée libanaise. Mais c’est une déclaration maladroite de Gebrane Bassil, ministre des Affaires étrangère et gendre du président, qualifiant Nabih Berri d’un terme équivalent à « voyou » qui a mis le feu aux poudres.

Il n’en fallait pas plus pour qu’une bande de partisans d’Amal, plus ou moins incontrôlés, se livrent à des provocations antichrétiennes, rappelant les scènes détestables de la guerre civile…

L’incident a été rapidement circonscrit et a donné lieu à un une réunion de réconciliation entre les trois présidents de la république, de la chambre et du gouvernement. L’entente retrouvée entre les trois hommes formant la troïka au pouvoir a été opportunément facilitée par la menace agitée par le ministre israélien de la Défense Avigdor Libermann de répliquer militairement à toute tentative libanaise d’effectuer des forages dans un champ pétrolier du côté libanais de la frontière ; menace qui, outre son caractère inquiétant, fait le jeu du Hezbollah.

Le recours, volontaire ou non, à la rue s’est retourné contre Nabih Berri. Mais il ne  marque en rien un coup d’arrêt à la volonté chiite de remettre en question la répartition  théorique à égalité du pouvoir politique entre chrétiens et musulmans pour le remplacer par une répartition tripartite entre chiites, sunnites et chrétiens.

Non seulement celle-ci existe déjà de facto, mais fort de son armement, du poids démographique chiite et de la faiblesse du leadership sunnite, le Hezbollah exerce une quasi hégémonie sur la vie politique libanaise. Et les réflexes communautaires qu’a suscités la lutte de pouvoir entre les membres de la troïka sont plus préoccupants que la menace israélienne.

Share.

About Author

Yann JACQUET

Polytechnician Managing Editor for Audio-Visual & "Expertise" Department

Leave A Reply