ARAB WORLD MAPS – La lente agonie du Califat

2

Il y a 3 ans, Abu Bakr Al Baghdadi déclarait depuis Mossoul la restauration du Califat. A ce moment, une nouvelle ère semblait s’ouvrir en Syrie et en Irak : les soldats de l’armée irakienne, démoralisés et désorganisés s’étaient enfuis de Mossoul abandonnant Hummers et armes lourdes, l’EI était aux portes de Baghdad, contrôlant plus d’un tiers du territoire irakien. En Syrie, le chaos qui y régnait leur avait permis de s’installer durablement sur près de la moitié du territoire et d’établir leur capitale à Rakka, une ville de 200 000 habitants sur l’Euphrate. Plus symbolique encore, l’EI avait effacé l’ancienne frontière Sykes-Picot, issue de la période des mandats français et anglais. Le Califat semblait s’installer pour de nombreuses années.

Ce succès toutefois avait un prix, car il s’était construit sur une rigueur religieuse inspirée de l’islam des origines, justifiant des actes dont la sauvagerie devait choquer le monde moderne, y compris de nombreux musulmans : décapitations, lynchages publics, mises en scènes d’exécutions selon des méthodes spectaculaires, et surtout une suite d’attaques sanglantes sur des civils en occident. Des actions, qui, sous la pression des opinions publiques horrifiées, ont achevé de convaincre les gouvernements prudents de s’engager. La coalition internationale contre l’EI allait se développer et s’étoffer autour des Etats-Unis, de quelques états arabes, et des grands pays européens.

En Syrie, le tournant date de la bataille de Kobane, qui s’est acheve en février 2015 avec le retrait de l’EI de cette ville kurde frontalière de la Turquie, après des mois de combat. La victoire a été rendue possible grâce à l’intervention de l’aviation de la coalition, et la retraite des djihadistes devait être le début d’une longue série.

D’abord lent et interrompu par des contre-attaques efficaces, le recul de l’EI s’est confirmé d’abord en Irak, avec la perte de Tikrit en mars 2015, puis de Baiji en octobre 2015, de Ramadi en février 2016, et finalement du plus ancien bastion de l’EI, Falloudja en juin 2016. La ville Yazidi de Sinjar a été libérée dès novembre 2015 par les Peshmergas irakiens avec la participation des YPG kurdes de Syrie et de la coalition internationale.

Les choses se sont accélérées avec l’offensive de Mossoul. La grande ville du nord irakien a été définitivement libérée par l’armée irakienne et ses milices alliées en juillet 2017 après 9 mois d’un siège destructeur. Dans le même temps, en Syrie, les FDS (Forces démocratiques Syriennes) dominées par les YPG kurdes continuaient à progresser depuis leurs positions au nord-est vers le sud et l’ouest, et prenaient Shaddadi en février 2016, puis Manbij en aout 2016. Arrêtés par les turcs lors de leur avancée vers Al Bab près d’Alep, les FDS ont lancé en juin 2017 l’offensive vers Rakka, où les djihadistes résistent encore aujourd’hui dans quelques quartiers du centre.

A compter de la victoire loyaliste sur les rebelles à Alep en décembre 2016, les loyalistes de Bachar al-Assad aidés des iraniens et des russes, ont pu réorienter leurs unités offensives vers l’Est et les territoires de l’EI. Il s’en est ensuivi la reconquête de Deir Hafir et de Palmyre en mars 2017, puis une progression ininterrompue dans les profondeurs du désert syrien, vers la ville de Deir Ezzor dont le siège de la ville loyaliste par l’EI, qui durait depuis 3 ans, vient d’être levé.

A ce rythme, et bien que la résistance de l’EI soit impressionnante, notamment dans les villes, on voit mal comment le Califat pourrait encore exister d’ici quelques semaines, d’autant qu’après la chute probable de Rakka et de Deir Ezzor, il ne restera à l’EI que quelques villes de moindre importance, comme Al Mayadin ou Al Qaim, où la résistance sera plus difficile.

Share.

About Author

Emmanuel Pène

Cartographer, Historian and Economist, Founder of the website agathocledesyracuse.com Director of Consulting Services

2 Comments

  1. Jacques Morvand on

    Votre analyse ne porte que sur Daesh et laisse penser que la fin de Daesh sera la fin de la guerre.
    Il me semble que, malheureusement, l’intervention des USA conduira à prolonger “leur” guerre, et non la guerre contre Daesh. C’était déjà le cas en Ukraine. Ici en Syrie, les actions ambiguës ou camouflées orientées contre l’armée syrienne (ou contre les Russes) et non contre Daesh sont bien nombreuses. On se souvient du bombardement, direct, des troupes syriennes résistant dans la poche de Deir-Ezzor il y a quelques mois ; c’est maintenant l’agression des rebelles d’Idlib surarmés par les USA, alors qu’une zone de déconfliction venait d’être décidée à Astana dans cette région.
    Par ailleurs, ni les rebelles d’Idlib (Al Quaîda en majorité) que les USA soutiennent, ni les Kurdes YPG qu’ils soutiennent également ne sont des enfants de cœur ; les Kurdes imposent, là où ils dominent, des programmes scolaires kurdes dans les écoles, les provocations envers les chrétiens (Quamishli et Hazaka en particulier) sont fréquentes et semblent se multiplier, avec l’objectif évident de faire partir ces minoritaires.
    Comment peut-on balancer entre le gouvernement syrien, laîc et respectueux des minorités, même s’il est “autoritaire”, et ces rebelles qui, outre la destruction du pays, ont amené tant de menaces sur les minorités, chrétiennes en particulier ?

  2. vous avez cité””la coalition s’est developper et s’est étoffé autour des U S A ,cette coalition est le vrais berceau de ces soit disant musulmans car l’EI N’A JAMAIS REPRESENTE L’ISLAM ET SES COMBATTANTS N’ETAIENT jamais des musulmans la preuve que ceux-ci etaient et sont le cancer qu’aimplanté les usa dans le corps des pays arabes la preuve est la protection permanente des americains à ces accolytes surtout dans leur dernier retrait de DIR EZZOUR ceci sans compter combien de fois est effectué le largage de munitions et de denrées alimentaire “”par erreur”” ceci à été divulgué par les soldats IRAKIENS …….le résumé de toute ces guerres au moyen orient est de laisser en paix l’état sionniste et malheureusement plusieurs abrutis et cons du GOLFE ont financé cette guerre et qui à été inspirée par les amairicains et avec l’aide de l’ésclve des sionnistes le faux croyant turc

Leave A Reply

Close
Monthly online review about the Arab world

Don't miss anything, subscribe now ! It' s free and your information will NEVER been shared or sold to a 3rd party.