MONDE ARABE – Quand la Chine bondit sur le Moyen-Orient

0

Très discrète, alors que les gesticulations états-uniennes et russes occupent toute la scène médiatique et occultent un arrière-plan pourtant particulièrement actif, la Chine prend incontestablement sa part du gâteau moyen-oriental…

La présidence de Xi Jiping a en effet induit une nouvelle stratégie chinoise, sinon plus offensive, du moins ambitieuse, à la hauteur de ce que l’Empire du milieu représente désormais dans le monde.

[click on the map to enlarge]

Rappelons d’abord les quelques principes qui guident la diplomatie chinoise depuis de longues années, et voyons ensuite comment la Chine construit son influence le long de la route de la soie, et quelles sont les conséquences de cette nouvelle stratégie sur un Moyen-Orient complexe.

Une logique historique

Comprendre l’approche stratégique chinoise en matière de conflits au Moyen-Orient demande d’abord de se pencher sur l’histoire de pays.

La Chine, qui s’est considérée pendant longtemps comme le centre du monde habité et civilisé, s’était donné pour mission logique de dominer ce monde. Toutefois, cette domination devait prendre une forme différente de celle  que les Européens allaient concevoir ultérieurement, et ce sur au moins deux plans : d’abord elle était régionale, en ce sens qu’elle se limitait au monde chinois connu et essentiellement aux pays limitrophes, qui étaient pour la plupart des états sujets ou vassaux de l’empire céleste ; ensuite, cette domination n’était souvent que symbolique, les chinois ayant déjà bien fort à faire à l’intérieur de leur pays-continent pour essayer de dominer réellement des populations qui étaient perçues comme barbares.

Après la période désastreuse du XIXème siècle et de la première moitié du XXème siècle, qui vit la Chine dépecée et humiliée par les puissances européennes, le pays entama une longue reconstruction et basa sa doctrine en matière de politique étrangère sur les 5 principes de la coexistence pacifique, énoncés dès 1953 par le premier ministre Zhou Enlai : respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale, non-agression, non-ingérence dans les affaires internes des autres États, recherche des bénéfices mutuels, et coexistence pacifique.

La politique extérieure de la Chine et les relations avec les autres États ont ainsi deux grands tabous : Taiwan et le Tibet. Ces affaires sont considérées comme exclusivement chinoises, et toute tentative étrangère de s’ingérer dans un de ces sujets se mue en un casus belli quasi immédiat.

Les clefs du Moyen-Orient

Il y a bien sûr des partenaires historiques, comme l’Égypte, où la présence chinoise est ancienne. Mais, d’une manière générale, le Moyen-Orient était considéré jusqu’à il y a peu comme une zone d’influence occidentale, notamment des États-Unis.

La Chine s’interdisait-elle toute intervention pour autant ? Non. Mais cela se faisait par l’intermédiaire de la Russie, dont la politique étrangère est à peu près basée sur les mêmes principes de non-ingérence, et qui s’oppose comme la Chine à l’interventionnisme moraliste de l’Occident. Ainsi, la montée de la présence russe au Moyen-Orient, notamment en Syrie, ne s’est pas faite sans le soutien discret mais efficace de la Chine. Ce soutien, pas toujours visible sur place, a en effet pu prendre la forme de compensations ou d’accords économiques favorables à la Russie permettant à celle-ci de  mobiliser les énormes budgets nécessaires à ses interventions.

Sur le plan économique, dans la ligne du principe de bénéfice mutuel, la Chine a développé ses échanges avec les États de la région, devenant le premier importateur de pétrole, mais aussi le premier exportateur de biens, toujours avec prudence et discrétion cela dit, notamment sur les sujets politiques et militaires.

La situation a commencé à changer avec l’accession à la présidence de Xi Jiping en 2013, et l’avènement de son ambitieux projet « une ceinture, une route », sorte de nouvelle route de la soie, qui comprend une partie terrestre (la ceinture) et une partie maritime (la route), qui vise à redonner vie aux vieux réseaux de commerce de la route de la soie.

Cette initiative a immédiatement été dotée, dès 2014, de 40 milliards de dollars principalement investis dans des infrastructures gazières et pétrolières en Asie centrale.

En 2015, la Chine a pris le contrôle du port pakistanais stratégique de Gwadar, qui donne accès au détroit d’Hormuz (par lequel transite plus de 20% du pétrole brut mondial) et au golfe arabique. L’extension de la « route » arrive donc naturellement au Moyen-Orient et en Afrique, avec des points de connexion importants en Iran, en Égypte et en Israël.

La « route » remonte ensuite par le canal de Suez en Méditerranée et atteint le port du Pirée en Grèce, lui aussi désormais placé sous pavillon chinois, pour rejoindre la « ceinture » qui arrive en Turquie à travers l’Asie centrale.

L’initiative « une ceinture, une route » a des répercussions majeures sur tout son parcours. En Iran, pays situé au centre de toutes les routes de la région concernée, le premier train de marchandises est arrivé de Chine (à Téhéran), en 2016. Au Koweït, la « cité de la soie» est un projet monumental de plus de 100 milliards de dollars qui vise à créer une étape incontournable de cette nouvelle route de la soie autour de l’industrie pétrolière. Les investissements dans le développement du canal de Suez en Égypte se sont accrus, tandis qu’une route alternative est discutée pour rejoindre les ports israéliens par un chemin de fer qui les relierait directement à la Mer rouge (le « Red-Med railway »).

Mais cet ambitieux projet ne s’arrête pas là…

Car la Chine a besoin de sécuriser sa route, ses approvisionnements, et de s’assurer la bienveillance des principales puissances de la région. Aussi, en janvier 2016, Pékin a publié son premier « document de politique arabe » afin de promouvoir les relations entre la Chine et les pays arabes. Ce document affirme l’intention de développer la coopération militaire et le désir de développer la lutte contre le terrorisme régional et international (la Chine est elle-même préoccupée du développement du fondamentalisme musulman dans sa région orientale du Xinjiang). Il prévoit des échanges de personnel, d’armes et de technologies, ou encore le partage d’informations. Il affirme aussi l’engagement de la Chine à lutter contre le piratage dans le Golfe d’Aden.

C’est dans ce cadre-là que la Chine a commencé la construction, en 2016, de sa première base militaire située en dehors de ses frontières. Elle a été établie dans le petit pays carrefour de Djibouti, qui a le double avantage de permettre la surveillance de l’entrée de la Mer rouge, et d’être un des principaux ports de débouchés des marchandises de l’Afrique de l’Est.

En Syrie, la Chine a nommé un envoyé spécial pour tenter d’apporter une solution au conflit, et elle a ainsi rompu avec sa tradition de n’intervenir au Moyen-Orient que par l’intermédiaire la Russie.

En Arabie Saoudite, enfin, un rapprochement spectaculaire fut initié entre Pékin et le roi Salman, qui se concrétisa notamment par la signature d’un projet inédit d’installation d’une usine de drones militaires chinois dans le royaume saoudien. Beaucoup d’analystes voient dans ce rapprochement la nécessité pour Pékin d’apporter un contrepoids à son alliance avec l’Iran chiite, en s’assurant le soutien du principal leader du monde sunnite.

*

*          *

On le voit donc, la Chine est passée d’une situation marquée par le développement de ses échanges économiques et de grande prudence dans sa politique étrangère vis-à-vis des États arabes, à une situation où elle fait preuve d’une stratégie globale, tant dans ses relations diplomatiques, que dans des projets de développements économiques structurels, et que dans la coopération militaire, domaine dont elle était jusqu’à présent quasiment absente.

La Chine cherche ainsi à sécuriser ses intérêts économiques et à peser sur cette région du monde stratégique, et ce à la faveur d’un désengagement accru des États-Unis initié sous la présidence de Barck Obama.

Pour ce faire, elle noue des partenariats stratégiques avec les États qui comptent, tout en prenant garde de ne pas apparaître partiale dans le conflit Chiites-Sunnites.

Si la nouvelle administration américaine n’en contre pas l’expansion, la Chine se révélera incontestablement comme l’un des acteurs majeurs de scène moyen-orientale des vingt prochaines années.

 

Share.

About Author

Emmanuel Pène

Cartographer, Historian and Economist, Founder of the website agathocledesyracuse.com Director of Consulting Services

Leave A Reply

Close
Monthly online review about the Arab world

Don't miss anything, subscribe now ! It' s free and your information will NEVER been shared or sold to a 3rd party.